1

Sujet : aspirateur rainbow

.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.
.



























































































































































































.













































































.







































































































.






























































































.







































































.










































































.




















































































.


















































































.











































































.











































































































.




































































































































.






















































































































.
























































































































.








































































































.




















































































.




















































































































.




















































































































.




































































































.







































































































































.



































































































.


























































































.


















































































.





























































































.










































































.





































































.









































































.




























































































.











































































.




































































































































.








































































































































































































































.










































































































































































.






























































































































































































.





















































































































































































































































.






































































































































































.


























































































.















































































































































































.







































































































































































































































.

























































































































































.



































































































































































.



































































































































.
























































































































































































































.






























































































































































.







































































.








































.




















































.

Dernière modification par fofo (31-01-2008 00:27:38)

2

Re : aspirateur rainbow

Bonjour,
en effet j'avais constaté la même chose.
Je suppose que le shema est "trop" schématisé.
Il faudrait faire des recherches un peu plus techniques. Je m'y mets et je vous tiens au courant.
peut être qu'un réparateur peut nous aider aussi.
Pour le moment je ne suis pas convaincu opar le concept et je pense que tout est dans la qualité du filtre "classique" pour l'apirateur "classique"

Les aspi air et eau me semblent plus efficaces au niveau du filtre puisque puisque la poussière est directement mélangée à l'eau et ne peut plus donc s'envoler. (en ayant humidifié le sol auparavant)

Les sytème de nettoyage qui propulsent de l'eau et du detergent me semblent plus adéquats et ne poseront jamais de prob de filtres.

... enfin je pense ...

une idée que j'ai eue un jour : pourquoi (si cela n'existe pas encore) ne pas fabriquer un nettoyeur vapeur aspirateur. Pas de détergent, poussières aspirées et stoskées dans le reservoir qui contient la vapeur projetée et réapirée donc refroidie.

A+
Prst

3

Re : aspirateur rainbow

le plan du ds 5500 (sans faire de pub)

on a bien le principe queje qualifierai de "douteux" :-)

http://scripts.karcher.com/scripts/bta/ … 580-FR.pdf

les aspis air et eau sont basés sur la même principe mais doibent je suppose être plus puissants

exemple : http://scripts.karcher.com/scripts/bta/ … 610-FR.pdf

même principe pour l'injecteur exrtracteur, il envoie juste l'eau avec ou sans detergent tout seul comme un grand.

exemple : http://scripts.karcher.com/scripts/bta/ … 930-FR.pdf

ce serai ben qu'il envoie de la vapeur (faudrait un bac et une chaudière mais bon)

perso je n'arrive pas à imaginer la solution de filtrage des poussière idéale.

? les nanotubes ?

4

Re : aspirateur rainbow

Ah oui l'effet venturi c'est le fait q'une depresion se crée à un endroit ou un flux voit sa vitesse accélérée et ce souvent dû à un  changement de forme du conduit.

Pour être clair :

Le flux d'air horizontal qui passe juste au dessus d'une cheminée (qui a toujours une base plus large que sa sortie) crée une depression, ce qui provoque l'aspiration de la fumée.

suis pas sûr qu'un filtrage peut intervenir là. Preuve: la fumée qui se mélange à l'air.

ou alors :

l'essence de la cuve du caburateur qui est aspirée à la veticale au travers du gicleur (trempé dans la cuve) par le fait que l'air aspiré horizontalement par le moteur passe dans le conduit étranglé du carbu (l'étranglement se trouvant juste au dessus du gicleur). mais maintenent on roule avec des injections alors :-) ...

A plus
prst

5

Re : aspirateur rainbow

prst a écrit:

Les sytème de nettoyage qui propulsent de l'eau et du detergent me semblent plus adéquats et ne poseront jamais de prob de filtres.

... enfin je pense ...

une idée que j'ai eue un jour : pourquoi (si cela n'existe pas encore) ne pas fabriquer un nettoyeur vapeur aspirateur. Pas de détergent, poussières aspirées et stoskées dans le reservoir qui contient la vapeur projetée et réapirée donc refroidie.

A+
Prst

Je pense que les aspirateurs nettoyeurs possèdent des filtres, et que ces filtres doivent également se charger d'impuretés....
Il faudrait que tu poses la question a un membre du forum qui en a un. Moi j'ai un aspirateur classique.

Merci pour tes infos sur l'effet venturi.
J'ai regardé les schémas pour comprendre mais j'ai pas encore tout décodé

c'est quoi les nanotube ?







































































































































































































































































































































































































































































.

Dernière modification par fofo (31-01-2008 00:03:45)

6

Re : aspirateur rainbow

J’étais vendeur chez Rainbow, au compte de l’importateur Horn France pendant plusieurs mois. J’ai moi-même acheté un rainbow, après en avoir vendu plusieurs. Je dois dire que cette société de type pyramidale fait gagner beaucoup d’argent à ses adhérents. Le rainbow étant vendu 2095€, et vous pouvez bénéficier de 200€ de réduction si vous cracher 8 noms, que les commerciaux vont contacter de votre part ! On vous offrira un cadeau (un mini diffuseur aromatique) si vous contacter immédiatement deux personnes de cette liste et que vous dégoter un total de deux rendez-vous ‘immédiat’ pour le commercial qui se trouve chez vous. Si en plus vous lui trouver 3 rendez-vous supplémentaires dans les jours qui suivent, vous recevrez un accessoires ‘gratuit’ (une mini brosse pour la voiture de monsieur (qui devra faire le chèque final) ou une simili shampouineuses). C’est cela qui rend ce travail si attirant pour de nombreux postulant, puisque tous le travail est fait par le client (pardon, on n’a pas le droit de dire client, c’est trop péjoratif), et s’il n’appelle pas toutes sa liste son Aréa distributeur, ou son franchisé se chargera d’appeler le restant de la liste lors de la porte ouverte du lundi soir. Et puis lors du metting mensuel qui se tient au cabaret de kirwiller le premier samedi du mois, on félicite les meilleurs du mois, suivit de démonstration pour mieux réussir. Apres cela, il parle des ‘challenges’ que ce soit le voyage à las Vegas en Novembre (avec un petit pécule en poche, selon le nombre de ‘livraisons’ accumulés) ou le voyage en Tunisie tout frais payés en juillet. Ceux qui ont progressé dans la ‘structure’ seront invités pour participer à différentes ‘Convention Horn’ pour être en compagnies des leaders de l’enseigne Horn pour profiter de leur expérience !

Le conseiller Horn qui se trouve chez le ‘rendez-vous’, et qui laisse son rainbow de suite (oui, c’est la manière de travailler de la maison Horn, on arrive avec un rainbow neuf, ou presque, et l’objectif est de laisser sur le champ. Ainsi les ‘contacts’ oublient qu’ils avaient un délai de rétractation à la suite d’une vente à domicile. Si le conseiller ne le livre pas, il doit le ramener chez lui, le nettoyer et prétendre au prochain rendez vous qu’il est neuf !!) Il aura une commission qui pourra atteindre 400€, son ‘parrain’ capitalisera 150€ (qu’il touchera lorsqu’il aura un total de 10 =1500€), l’area distributeur au-dessus percevra un maximum de 40€ sur chaque vente du groupe. Et ces différentes rémunérations se font sur 7 niveaux depuis l’importateur en France, je vous laisse imaginer ce que gagne un international sales consul (traduit : responsables des ventes sur plusieurs pays) qui est rémunérer sur les ventes de plusieurs pays européen !
Donc vous comprendrez que le prix du rainbow de 1584,45€ hors taxe est constituer de toutes une série de rémunérations et de ponctions pour payer des vacances et des conventions, voire même des voitures lors de concours, pour les meilleurs vendeurs. Cela ramène le prix H.T. du rainbow à un niveau très bas, et donc à une qualité en conséquence. La performance du rainbow est excellente dans les premières années, mais décroît vites en raison de la qualité des matériaux utilisé pour sa fabrication qui se fait en Amérique par la société rexair.

Quand à la question des filtres EPA, ils sont d’un coût de 50€, et demande à être changé régulièrement si vous avez un environnement poussiéreux (une fois par an en moyenne). Certains des appareils que j’ai livré on déjà du passer au SAV, il n’y pas eu d’aspirateurs de remplacement, comme certains le prétende, et plusieurs d’entre eux on du mettre la mains à la poche pour payer les réparations, sous prétexte qu’ils n’aurait pas manipuler l’aspirateur en ‘bon père de famille’. Chaque fois qu’une pièce est défectueuse, il faut expliquer au client que c’est de sa faute, et que c’est une faveur qu’on lui fait de remplacer exceptionnellement celle-ci. Il faut également en profiter de demander une ou deux nouvelles adresses !
N’hésiter pas à poster sur le site d’autres questions, je n’y manquerais pas de répondre.

7

Re : aspirateur rainbow

Merci pour cette info, c'est incroyable...
Je ne manquerai pas de vous poser demain deux ou trois questions sur le Rainbow, cela va vraiment intéresser nos visiteurs. Jusqu'à présent on n'avait pas encore eu de message sérieux sur cet aspirateur, rien que des vendeurs qui tentaient de lever le client.
A demain

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

8

Re : aspirateur rainbow

Ce type de vente me fait penser au réunion Tuperware ou au produits de beauté Avon qui fonctionnent un peu de la  même manière.
Quel type de clientèle touche la marque Rainbow ?
Comment recrute-t-il leur vendeurs ?
J'ai vu que vous avez acheté votre Rainbow vous aussi  ? y étiez-vous contraint ?

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

9

Re : aspirateur rainbow

Bonsoir, je suis une conseillère vendeuse Rainbow depuis peu de temps (je débute ).
Mon but là ce soir, est de vous dire que c'est un produit qui d'abord m'a séduit pour :
son coté écolo, le coté économique, sa facilité d'utilisation et surtout son efficacité. Mais ce qui m'a le plus "emballée", c'est la philosophie de la société Rexair...
Je souhaiterai vous le faire connaître, tout simplement, je suis lojn d'être une "marchande de tapis" (j'ai 51 ans et j'étais employée de maison), chez Rexair personne ne force personne.

Pour répondre à Sponzt, je ne sais pas encore ce que me réserve l'avenir au sein de cette société, pour l'instant je n'ai subis aucune pression, et l'on ne m'a pas demandé de faire un cota de vente. J'ai en horreur le "forcing".
Il est vrai qu'il y a des meeting, qu'il y a des cadeaux...
Et les supers grosses industries que vous connaissez .... ne font-elles pas la même choses ? Voyage des patrons, des directeurs, des "biens vus" etc, qui payent ? Et sur le dos de qui ?  Bref ! pas de polémiques, ni de politique.

J'ai constaté que le produit Rainbow est à la hauteur des attentes des gens, alors...

Vous pouvez me laisser un message, si vous souhaitez que je vous le présente.
A bientôt Christine

Dernière modification par christine-Rainbow (06-03-2007 00:13:46)

10

Re : aspirateur rainbow

Pourriez vous nous présenter le système Rainbow en affichant un dessin technique. Vous avez sans doute un peu de documentation. Nous pourrions alors comparer le rainbow aux autres aspirateurs à eau d'un point de vu technique.

http://tbn0.google.com/images?q=tbn:hLfUCBUFUJoWIM:http://www.skytechair.ru/i/catalog/rexair_rainbow_e_series.gif
http://tbn0.google.com/images?q=tbn:KhhutY_3HavV0M:http://cp.iring.ru/pics/2067/ranbow_s.jpg

Je n'ai trouvé que des petites photos inutiles pour nos Visiteurs. Nous avons besoin d'un vrai dessin technique
Merci

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

11

Re : aspirateur rainbow

Il y a une différence énorme avec tupperware ou simili, c’est qu’aucune démonstration n’est jamais fais en groupe, jamais ! Logique, puisque tous le monde ne sera pas sous le ‘charme’ (surtout, il y aura dans le groupe des personnes qui raisonneront de façon logique : avantage moins inconvénient = Rainbow est en dehors du prix du marché)
Egalement, si on arrive au rendez-vous et que le conjoint n’est pas présent, on repart, en ayant prit soin de reprendre rendez-vous. La raison est simple, un seul ne peut pas décider de claquer 1895€ dans un aspirateur, sans le consentement du conjoint. Sinon bonjour la scène de ménage. En plus lorsque le conjoint rentrera, il fera annuler la vente, puisqu’il n’a pas vue la ‘magie’ Rainbow.
Surtout si c’est le mari, il n’aura pas vus l’effet matelas. J’explique : lorsqu’on a montrer plusieurs aspect de l’aspirateur (entendez par là : la moquette avec l’électro-brosse, le sol avec la brosse dur (qui casse relativement vite, bien sur puisque le client ne la pas correctement emboîté), le canapé, la poussière sur les meubles avec la brosse souple, si le temps le permet le brumisateur à plante (puisque le Rainbow peut être branché de l’autre coté et il souffle de l’air par l’embout)).
Ensuite on passe au matelas avec l’électrobrosse, du coté de monsieur. On change l’eau, on passe sur un quart du matelas, au niveau des jambes. La logique : monsieur dort souvent en sous-vêtement, il y a frottement des jambes, donc perte de morceaux de peaux (phénomène naturel) lorsque vous aspirez cela, la peau qui est grasse flotte sur l’eau, on demande un verre, et remplissez le verre avec de l’eau du bac : effet garanti de dégoût lorsque vous voyez les morceaux de peaux flotter dans votre verre, et au fond des particule de poussière et, éventuellement, des acariens. Vous expliquez que les acariens vivent dans votre matelas, y font leurs besoins et meurent dans celui-ci. Après cela le monsieur est convaincu qu’il faut le Rainbow (il arrive, que la femme, plus perspicace, est encore réticente, à cause du coût, et à ce moment-là on compte sur l’autorité du mari pour faire la vente (pardon, on dit pas vente, mais ‘livraison’))

Qui est la clientèle : lorsqu’on demande les fameux 8 noms, qui vous font bénéficier d’une ‘ réduction’ de 200€, il y a des critères à respecter : des couples (de préférence hétéros) dépassant la quarantaine, vivant dans un pavillon. Officiellement : pour ne pas endetter des gens vivant dans des logement sociaux et autres, avec des enfants à nourrir.
Mais il ait clair que le taux de ventes est plus important chez des personne ayant un pavillon, depuis plus de 20 ans (donc remboursé) des enfants prêt à quitter le domicile (donc autonome financièrement). Cela fais que les parents ont de l’argent a placer dans du matériels ‘haut de gamme’ pour se faire plaisir, avec un petit penchant écologique plus accentué à cet age-là. Tranche d’age visé 45-65 ans. Au-delà difficultés avec Sofinco pour le fameux paiement en quatre fois, voire le crédit sur 12 mois à 9,90% (l’argument avec un taux aussi bas : nous ne voulons pas gagner de l’argent avec le crédit). Mais j’ai connaissance de crédit sur 12 mois accorder à des personne de plus de 70 ans !

Le mémo du recrutement dit :
Soit la personne n’a pas acheté, dans ce cas on lui montre comment obtenir le sien gratuitement smile  il suffit qu’elle en vende quelques un pour se payer le sien. Le mieux c’est de réussir le compte à rebours : c’est les 4 premiers jours après la ‘formation Horn’ il faut en vendre 4, et on reçoit un prime de 1500€ + les rémunération sur ses ‘livraisons’ cela vous paye le votre, et vous pourrez arrêter, ou alors continuer si cela vous dit ! Mais entre temps vous devrez assister tous les lundi aux ‘portes ouvertes’, là on booster les nouveaux, on leurs propose des objectif, parle des challenges en cours (voyages à Prague, las Vegas etc.…) avec un peux de convictions la mayonnaise prend (cela marche même pour ceux qui prétende avoir horreur du ‘forcing’)
L’autre façon c’est de demander les clients s’ils ne connaissent pas quelque qui voudrait mettre un peu de beurre dans les épinards. Voire même madame elle-même !
Voir parmi son entourage
Egalement parmi les rencontres journalières, toujours avoir une oreille attentive
La fin dit : 1 new Rainbow = 1 salaire (because : tous les 10 ventes de vos recrues vous touchez 1500€)

Je n’ai pas été contraint d’acheter mon aspirateur, mais on me l’a conseiller : Si tu n’en a pas, que vas-tu répondre lorsqu’on te demandera pourquoi ? (Je me le suis payer avec mon compte à rebours)

Je répondrai aux remarques de Christine B plus tard.

12

Re : aspirateur rainbow

Et bien apparemment vous me connaissez ? Merci de respecter mon anonymat.
J'attends vos remarques. Pour l'instant, je ne fonctionne pas trop mal et les rendez-vous viennent doucement mais surement. Je n'en demande pas plus pour le moment.
Ce n'est pas la première fois que je fais de la vente-démarchage. Et parmi d'autres métiers, j'ai été aussi commerciale dans une importante société informatique.  Après de multiples prises de tête avec mes employeurs pour "exploiter" leur ""méthode", je suis soit partie ou me suis fais virer. Il m'a fallu qq années pour ne plus être "cette espéce de détracquée", qui ne pensais, bouffais, dormais qu'avec le CHIFFRE, le CHIFFRE, l'objectif etc...
Alors SVP, ne venez pas me faire la leçon, je sais ou je vais et personne sur cette terre ne m'a forcé à faire quoique ce soit qui ne me conviennne pas. J'ai une très bonne image de moi-même et du respect pour ma personne. J'ai une MORAL que personne ne salira. Et si c'est le cas un jour chez Rainbow et bien je partirais. Cela Fais 8 ans que je bosse de petits et de grands boulots....Je vis "VIE" pas mal, Merci. Sachez que lorsque si l'on veux travailler il y a de quoi faire...

Pour en revenir au produit, je vous propose une démonstration à ceux celles qui me laisseront un message.... Et si vous êtes content de dormir dans votre lit... après ce que vous avez constaté... cela vous regarde. Ne me dites pas que vous avez rangé le votre dans un coin et lui faites la "tête" (humour...)

Merci spountz, de me laissez une piste sur le fait que vous me connaissez et n'étant pas une personne qui s'emballe pour un oui ou un non, je ne me fais pas de soucis, mais merci tout de même si...ZEN

A bientôt Christine

13

Re : aspirateur rainbow

Bon et bien...
Moi j'aimerais tout de même que sur ce forum, destiné à aider les consommateurs dans leur choix on puisse parler un peu de la technique révolutionnaire celle qui coute si cher chez Rainbow...

Pouvez vous trouver un schéma technique afin d'étudier et comparer l'aspirateur Rainbow aux autres aspirateurs à eau.

14

Re : aspirateur rainbow

Bonjour à tous

j'ai vu et utilisé le rainbow. J'etais moi aussi tres septique.

pour parler un peu technique, le rainbow est un concept de purification de l'air et des surfaces. Il a un moteur electromagnetique (inusable) garantie 8 ans.

toutes les pieces sont vraiment solide (le demonstrateur m'a fait monté pied joint sur le bocale ou on met l'eau, et on a tiré chacun d'un coté les tuyeaux).

Apres il faut bien comprendre qu il y a une facon de l utiliser et que si on ne met pas assez d eau dans le bocal, alors le filtre EPA rentre en action et on l'use...
Sinon on peut voir des rainbow "ouvert"dans le centre de formation ou n importe qui peut allé au journée portes ouvertes des franchises pour poser des questions.

Apres le ststeme est simple la poussiere est aspiré, et CAPTURE dans l'eau à 99.9998%
On a plus rien a racheté (pas de sac) ou filtre si on l utilise bien.
De plus il est vraiment efficace sur les tapis, matelas et autres surfaces et tres simple d utilisation.
Il faut le voir en action pour bien comprendre.
En ce qui me concerne durant la demonstration ils nous ont proposé de le garder une semaine en insistant bien sur le delai de retactation et le rainbow parraissait neuf.

La personne m a appelé qq jour plus tard pour me demander si je le voulais, je leur est dit que non (uniquement pour raison financiere),ils sont venu le recuperer sans me faire d'histoire ou de bourage. 

je l'ai depuis revu et j'aimerai vraiment en avoir un.

15

Re : aspirateur rainbow

Me voici de retour de déplacement.
En ce qui concerne de schéma technique, il n’y en a pas !!
La réponse officiel : le Rainbow ne doit pas être ouvert part des non-initiés, mais être renvoyer au S.A.V.
Le moteur quant à lui n’est absolument pas inusable, puisque il ne supporte pas la poussière de brique ! Cette même poussière qui n’est pas retenu par l’eau et qui va colmater le filtre EPA, logique, puisque la poussière sera passée par l’eau et comme elle sera humide elle va obstruer le filtre.
Le bac ne supporte aucune chute sur le carrelage, et des clients l’on ramener, et ont du payer le nouveau bac (30€) sous prétexte que les chutes ne sont pas couvert.
Quand au tuyau, il est effectivement solide, mais le nombre de clients qui ont été dépanné est énorme, puisque le bouton de fixation du manche inox est simplement glissé à l’intérieur, et il arrive fréquemment qu’il soit aspiré et reste coincer dans le tuyau !!
Donc le tuyau est remplacé durant la période de garantie de 4 ans, mais ensuite, il faut le remplacer à ses frais.
En ce qui concerne Le Rainbow qui a été prêté pendant 7 jours à mizteur_H, Vous pensez qu’il a été mis à la décharge ? Où bien présenté à quelque d’autres comme étant un aspirateur neuf ?
Réponse à Christine, je ne vous attaquais pas personnellement, mais je dénonce la méthode de vente de Rexair, mis en application par la maison Horn France. Surtout au départ de la démo, lorsqu’on demande au ‘futur’ client de chercher son aspirateur, on sort le vieux sac, et on secoue les deux filtres qui se trouve en amont du sac (sous prétexte de leur montrer la poussière qu’il contienne). Ensuite on met un sac qu’il ont fourni, on bouche l’extrémité de l’aspirateur, et quand la dépression est grande on laisse passer l’air et on éclaire la sortie de l’aspirateur, et là ?? On voit sortir un nuage de poussière (normal, on vient de tout remuer, ce qui va incontestablement créer plus de rejet que d’habitude). Même la lampe est fourni dans le kit que le commercial achète au départ, mais il à la possibilité de recevoir une lampe ‘dorée’ avec son nom gravé dessus s’il réalise 24 démo dans le mois s’il travaille à temps partiel, 48 à temps complet. 
Après cette humiliation du matériel utilisé par les personnes, on passe au ‘formatage’ Rainbow, jusqu'à l’apothéose cité plus haut. @+

16

Re : aspirateur rainbow

Comme je n'ai jamais vu d'aspirateur Rainbow, je me demandais comment on le débarrassait de ses impuretés ?
Comme tous les aspirateurs à eau en vidant la boue dans les toilettes ?

A vrai dire je pourrais demander une démonstration afin de pouvoir en parler, faire quelques photos, et les mettre sur le forum.
Mais j'aurai maintenant (après toutes les révélations de spountz) l'impression de  me moquer du pauvre vendeur qui viendrait me faire la démonstration.

je risque même de trouver cela un peu pathétique.

Ce qui me plait dans toute cette affaire c'est de voir sur les autres sites qui parlent du Rainbow tout est fabuleusement merveilleux.
Le service markéting de la boite fait bien son boulot.

Je repense au message de fofo
et je suis assez satisfaite de notre forum

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

17

Re : aspirateur rainbow

Christophe de la société Sirvam,

qui est spécialisé dans la réparation et la vente de pièces détachées pourrait peut-être nous expliquer techniquement comment marche le Rainbow, si toutefois il lui est arrivé d'en réparer ?

Je lance une bouteille à la mer, car je ne le vois plus depuis longtemps sur le forum...

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

18

Re : aspirateur rainbow

Mwai, je me suis renseigner aupres de la personne qui m a fait la demonstration, et il m'a dit que "Spountz" etait sans doute un ancien revendeur remercié aujourd'hui et qu il est vexé de sa situation.

Chantal j'aimerai vraiment ton point de vue personnel car il faut croire que le rainbow a ses fan et ses detractaires. Un point de vue de qq de neutre s'impose.

En tout cas se qui est sure c que le rainbow n'est pas le seule appareil vendu à un tel prix. Alors ce qui serai bien c'est que tu le vois pour nous dire ce que toi tu en pense.
Merci d'avance.

19

Re : aspirateur rainbow

et pour repondre à ta question Chantal on vide le bocal dans les toillettes ou dehors. IL faut évité d'atendre qu il y est de la boue de dedans et vidé regulierement l eau au debut. Puis petit a petit les tapis son nerttement moins sal et sa ne fait plus de boue.

20

Re : aspirateur rainbow

Remercié ou pas,  ce sont les arguments qui importent, eux seuls seront jugés par les lecteurs.
Mon humble avis ne vaut pas plus que n'importe quel autre avis sur ce forum.
Je ne suis pas un modèle, ni une pro de l'aspirateur qui détiendrait une quelconque vérité, a supposer qu'il y en ait une...
J'offre juste en mettant à disposition ce forum une plate forme de discussion qui met en relation consommateurs, vendeurs, techniciens, installateurs....

Visitez notre site de conseil aspirateur.
Pour acheter
-Darty.com,
-CarrefourOnline,
-IMénager

21

Re : aspirateur rainbow

Alors il faudrait en discuter de facon objective. Existe t il un acheteur du rainbow qui en soit insatisfait ?

22

Re : aspirateur rainbow

mizteur_H, je suis surprit de votre enquête ?! Lors de mon premier post j’ai annoncé la couleur, que j’ai vendue le Rainbow pendant de nombreux mois. Lorsque vous dites que j’ai été ‘remercié …. et vexé de sa situation’, permettez moi de rire. J’ai prit l’initiative de réduire mon activité après avoir vu les commission pyramidales au-dessus de moi lors du programme ‘académie Horn’ qui prépare les meilleurs commerciaux à devenir ‘Area Distributeur’, et peux être plus tard ouvrir une franchise Horn. Des objectifs que Tharcisse Horn (le PDG) pousse à avoir, puisqu’il désire que de nouvelles régions soit ouvertes. Et la deuxième raison, comme je l’ai expliqué plus haut, les nombreux retour au niveau du S.A.V. des aspirateur que j’ai vendu, et des personnes mécontentes, puisqu’il arrive qu’elle doivent mettre la main à la poche, alors que la période de garantie n’est pas terminé, sous prétexte qu’il l’ont mal utiliser !

Chantal, vous avez émis l’idée de faire des photos du Rainbow, je vais les faire d’ici une petite semaine, et les mettre en ligne. @+

23

Re : aspirateur rainbow

mwai. Quoi qu il en soit, je trouve que c'est un produit efficacite et fiable. Pour le reste la plupart des gens que je connais qui en ont un sont content aussi, existe t il equivalent ou mieux???

24

Re : aspirateur rainbow

Salut

He bien fofo on est loin de l'effet Venturi et des nanotubes.
Quel bras de fer pour quelques poussieres !

Ceci dit il existe l'aspi-vapeur. Ils font la pub en ce moment à la TV

Je crois que c vaporetto qui le fait

Mais ... je vais chanter maintenant "Somewheeeeeeeere over the ....."

A+
Prst

25

Re : aspirateur rainbow

bonjour  à  tous  moi  je  suis  distributeur  d ' aspiration  centralisée  et  je  suis  surpris  que  les  marques  se  chamaillent  entre  elles  , pour  le  prix  je  le trouve  affolant  car  pour  2000 €  je  monte  une  aspiration  centralisée  sans  sac  sans  filtre  donc  pas  de  consommables  et  pas de  nettoyage  de  filtre  , en  temps  que  technique  aucun  filtre  dans  le  monde  n ' est  absolu  car  il  faut  que  l ' air  s ' échappe  et  les  micro particules  arrivent  à  passer  ,  en  aérolique  l ' air  et  l 'eau  n ' a  jamais  fait  bon  " ménage " , cela  fait  17  ans  que  je  suis  dans  le  monde  aspirateur  et  il  en  a  toujours  qui  sont  plus  fort  que  les  autres  ,  moi  je  suis  inventif  et  pefectionniste  et  je  marche  que  de  bouche  à  oreille  ,les  gens  ne  sont  pas  dupe  la  qualité  est  importante  et  le  prix  doit  justifier  cette  qualité  et  non  pas  la  marge  du  vendeur   moi  j ' aime  bien  que  mes  futurs  clients  vont  voir  la  concurence  quelques  fois  je  suis  plus  cher  et  je  vends  comme  meme  car  il  se  rencontre  que  c ' est  ma  passion 

arretez  de  vous  chamailler  cmme  des  gamins    les  rois  du  nettoyage  ce  sont  les  canadiens  et  les  rois  des  fabrications  d aspirateur  c ' est  les  américains  et  nous  nous  sommes  les  rois  de  .......critiques       
A +